Un édito de baltringue, ou, nooooon, tu m’dis pas ça!

Plus de 50 % des étudiantes en médecine sont des femmes !

Plus de 50 % des policiers qui sont intervenus lors du drame de Nice sont en arrêt maladie !

Moins de 50 % des élus au Parlement sont effectivement intéressés par la vie politique

Champ-Dollon : un détenu sur deux est musulman

 

…. Voilà qui, sur une affichette de pub pour un journal va garantir que les gens verront l’affichette et se diront, pour la plupart, je l’avais bien dit!!! Sans, pour autant, lire l’article. Mais veut-on que l’article soit lu?

Rallonger le titre avec un édito pontifiant, genre : “le débat mérite d’être soulevé. Pas question en effet de fixer de nouvelles normes de manière unilatérale” rajouter un truc vaguement sérieux “il faut poser les bases d’une large discussion décomplexée”; et vous avez tous les ingrédients pour donner l’impression qu’un Red-en chef a longuement réfléchi a un problème de société complexe.

Alors qu’il ne cherche qu’a faire parler de lui/de son journal!

Mais il est vrai que nous avons la presse que nous méritons.

Et pour citer le grand Jacques : “Bougnat, apporte-nous du vin,
celui des noces et des festins, la presse est mourante