Du début d’un débat

Cette campagne pour l’élection partielle au Conseil d’Etat manque singulièrement d’intérêt ! Hormis la chasse (douteuse) sur l’état des finances d’un candidat, la campagne est plate. Il me semble que cette campagne est ennuyeuse parce que la plupart des candidats semblent enfermés dans des postures dogmatiques. Il n’y a donc pas de vrai dialogue ou de débat entre les candidats, la plupart de ceux-ci semblant refuser ledit débat, comme si celui-ci pouvait mettre en péril leurs idées ou ce qu’ils croient être leurs idées.

Nous voilà donc à devoir choisir entre 7 candidats dont la plupart semblent refuser l’échange. Mais à bien les regarder, et les écouter, les uns et les autres, j’admets volontiers avoir changé d’avis sur l’un d’entre eux.

Un homme qui aime New York, Ramsès II et la Mère Royaume ne saurait être totalement mauvais ! Peut-être est-ce à cause de son éclectisme que j’ai découvert un candidat capable de débattre et de dialoguer, donc d’accepter que son interlocuteur puisse avoir raison ou pour le moins de tenir compte des propos que celui-ci tient.

On reproche beaucoup à l’actuel Conseil d’Etat son absence de collégialité, il faut donc effectivement souhaiter que le nouvel élu sache recréer le dialogue et le débat au sein du Petit Conseil d’une part et avec le Grand Conseil de l’autre !

Allez, disons-le, Pierre ira très bien à la tour Baudet !