Le Boulanger

… C’est souvent ce que l’on appelle un petit commerçant. Même si mon boulanger, celui chez qui je me rends régulièrement, a plutôt la taille d’un videur de bar! Mais cet un homme charmant, chaleureux et toujours plein d’entrain. Il fait encore son pain, je devrais dire ses pains, lui-même. Donc, a l’heure ou les fêtards vont se coucher, lui, il fabrique du pain. Avec du levain. Du vrai bon pain. A chacun sa madeleine…
C’est non seulement un personnage, mais encore un peu le centre du quartier. Vous voulez vraiment savoir ce qui se passe dans le quartier? Une seule adresse : le boulanger! Triste sera le temps ou tous ces petits artisans, ces petits commerces auront disparu au profit des “grandes surfaces”.
Alors quand je lis que le boulanger de Champel n’en peut plus des travaux du SEVA, qu’il est face a une barrière de chantier derrière laquelle rien ne se passe depuis l’été dernier, je m’agace…
Mais je me fâche vraiment lorsque j’apprends que l’inénarrable Pagani, Conseiller administratif de notre bonne Ville de Genève, en charge des travaux (donc d’une partie du CEVA), ardent défenseur de la veuve, de l’orphelin et des petits commerçants, ne fait rien pour compenser ces nuisances. Il manque un avis…..
Foutaises et mauvaise foi ! Imaginer un seul instant qu’a sa place il y ait un magistrat “de droite”. Toute la “gôche” bien pensante, de EAG aux socialistes seraient en train de s’égosiller pour clamer l’assassinat du petit commerce par les “forces réactionnaires” qui ne veulent que la fin du commerce de proximité!
Mais c’est tellement plus simple lorsque l’on est “Ensemble à Gauche” que de ne rien faire!….
Quand vous remplirez vos bulletins pour les élections, rappelles-vous de cette lamentable histoire.



Le G.O.S avait raison!

On y est presque! Le 7 juin marquera les 20 ans d’une votation que nous avons totalement ratées! Il y a 20 ans, avec un esprit visionnaire qu’il faut ici relever, Guy Olivier Segond, alors Conseiller d’Etat, et son secrétaire général de l’époque (un certain François Longchamp, autre homme de qualité) proposait aux Genevois de voter sur le RHUSO (réseau hospitalier universitaire de Suisse occidentale). Et les Genevois de s’offusquer : on ne va quand même pas aller se faire opérer d’une appendicite chez les Vaudois!….
20 ans après, il faut le reconnaitre, peut être que GOS était trop visionnaire/en avance sur l’époque, mais qu’il avait diablement raison, et que les Genevois ont perdu une occasion qui nous coute très cher ces jours. Duplications, redondances, perte d’efficience et des HUG qui grossissent comme la grenouille de la fable.
Il y a quelque chose de vexant, et d’un peu triste, que de se rendre compte qu’en étant un peu prospectif nous n’en serions pas là aujourd’hui.
Voilà ce qui manque, tant au plan fédéral que cantonal, aux politiques de la santé : le courage de faire de la prospective!



Capitaine Poggia et son Titanic

J’en conviens, vous vous êtes occupé de 2 gros dicastères. Dans le cadre de la politique sociale, vous vous en êtes plutôt pas mal tiré. Paupérisation en augmentation, aides sociales et accueil des populations migrantes, on ne peut pas vous reprocher grand-chose. J’irais même jusqu’à dire que vous avez pris quelques décisions courageuses !

Comme quoi, vous n’êtes pas totalement mauvais…

Par contre, en ce qui concerne la Santé… J’ai envie de vous poser une question : avez-vous, vraiment, fait quelque chose ? C’est vrai, vous avez soutenu la caisse maladie cantonale. Comme si c’était, la réponse a tous les maux. Alors que vous et moi savons que l’essentiel de la question n’est pas là. Et puis, vous avez aussi beaucoup soutenu le Camarade Maillard. L’homme qui entend transformer l’ensemble de la médecine en un service d’Etat !

Et vous voilà a piquer, la mouche l’autre jour en accusant les médecins privés de tous les maux et en particulier de gagner trop d’argent ! (dis celui qui a fait passer le 14e salaire pour les médecins des HUG…)

Et de conclure qu’il n’y a pas de salut hors des HUG ! Il fallait un certain courage (voir un certain sens de l’humour) pour dire cela sans ciller. Et bien vous l’avez eu !

Le comique de la chose, c’est que vous savez très bien que ce n’est pas vrai. Que les prestations qu’offre le privé sont, en règle générale, meilleur marché. D’ailleurs avec les millions dépensé en informatique aux HUG, êtes-vous capable de donner un prix de revient exact des prestations fournies ? La réponse est non… Vous avez, il est vrai, inauguré le nouveau bâtiment des lits. Et vous allez maintenant demander 300 Mios pour la réfection de “l’ancien” bâtiment des lits. Alors que tous les indicateurs montrent qu’il faudra moins de lits d’hospitalisation à terme que maintenant. Vous gérez, avec d’autres avocats (faudrait-il, le jour ou une entité décide que les honoraires d’avocats sont trop chers, proposer leur “étatisation” ?…), un énorme paquebot. Un vrai Titanic. Beaucoup aimeraient vous aider a éviter le naufrage programmé. Mais vous n’avez d’oreilles que pour le Capitaine-Directeur-Général… Alors que tant d’autres essayent d’attirer votre attention sur les nécessaires collaborations, non seulement genevoises, mais encore romandes, pour éviter l’iceberg.

Mais vous préférez l’” en avant toute”. C’est dommage.

Vous auriez pu, vous auriez dû, être l’homme du changement.